L'hypnose

17/12/2014 09:28


Pour tous ceux qui regardent la télévision, vous aurez certainement eu l'occasion de voir des spectacles d'hypnose ces derniers temps. Que ce soit sur TF1 avec Arthur ou sur D8 avec l'équipe de Cyril Hanouna créant un certain malaise au sein de l'équipe de chroniqueurs, et récemment sur internet avec le cambriolage supposé sous hypnose d'une épicerie en Angleterre, le phénomène semble être à la mode. Nous nous devons donc de faire le point sur cette pratique qui se veut, à l'origine, thérapeutique.

Qu'est ce que l'hypnose?:
Il s'agit d'un état modifié de conscience qui ne correspond pas au sommeil mais davantage à un rêve ou un état de transe. La vigilance normale, qui nous permet de vivre au quotidien et de raisonner, est modifiée grâce à un changement au niveau du fonctionnement cérébral.
Je vous invite à lire l'article du site psychologie.com dont voici un extrait qui tend à définir l'hypnose :
"... dans un environnement monotone où rien ne se passe, où les stimuli sont peu intenses, notre cerveau est en « manque » d’informations. Il se met alors à en produire lui-même en puisant des images dans notre inconscient. En quelque sorte, on « rêve » tout en restant conscient. En outre, contrairement à l’état de vigilance normale, où l’attention embrasse de nombreux centres d’intérêt en même temps et passe rapidement de l’un à l’autre, elle est concentrée, en hypnose, sur un sujet beaucoup plus restreint. C’est ainsi que, peu à peu, la personne hypnotisée oublie la réalité extérieure pour entrer dans une réalité intérieure, mais qu’elle vivra comme extérieure. Seule exception : la voix de l’hypnotiseur continue d’être entendue. Ses mots deviennent un stimulus très particulier qui augmente le pouvoir de la suggestion. Celle-ci provoque alors des changements psychologiques ou physiologiques inhabituels (disparition immédiate de douleurs aiguës ou d’un eczéma, etc.)".(http://www.psychologies.com/Therapies/Toutes-les-therapies/Therapies-breves/Articles-et-Dossiers/Dix-questions-sur-l-hypnose)

A qui s'adresse l'hypnose :
L'hypnose est utilisée de différentes manières. Comme nous vous en parlons dans l'introduction, il est possible de faire des spectacles d'hypnose, pour la télévision ou même dans un amphithéatre. Il s'agit dans ces conditions de montrer le "pouvoir" hypnotique. Des personnes sont choisies dans le public en fonction de leur capacité à être hypnotisées rapidement. "C'est ce qui fait énormément défaut au spectacle, l'illusionniste laisse croire que c'est lui qui "contrôle" le participant et il n'y a rien de plus faux", d'après les hypnothérapeutes. Seulement il y a un cadre de spectacle et un timing à tenir, et cela serait moins intéressant de prendre une personne qui mettrait jusqu'à 20mn à entrer dans un état d'hypnose. Ces personnes ne sont pas repérées par hasard mais en fonction de leurs réactions à certains tests. A ce moment-là, l'hypnotiseur agit auprès de ce public de choix et leur fait faire différentes actions : dormir, parler avec un accent, "bloquer" un bras ou "clouer" les pieds au sol, etc. L'objectif est de divertir un groupe d'individus mais n'a aucun intérêt thérapeutique.
L'hypnose est également utilisée par les professionnels de manière thérapeutique cette fois, pour aider des clients ou patients à traiter certains troubles comme des phobies ou des addictions par exemple.  Dans cette situation, l'hypnothérapeute va modifier la perception du corps du patient dans son ensemble, grâce à la communication verbale mais aussi et surtout para-verbale du patient (le pouls, la couleur de peau, la respiration, les micro­mouvements, etc...). Ainsi les actions ou inactions (arrêter de fumer par exemple) seront en accord avec les pensées. Même si les études, difficiles à réaliser, ne démontrent pas les effets de l'hypnose sur les pathologies comportementales, cette forme de thérapie peut être envisagée en complément des recommandations d'un médecin traitant. Milton Erickson, le père fondateur de l'hypnose ericksonnienne, en son temps, n'utilisait l'hypnose qu'en complément de la psychiatrie car il avait des résultats bien plus nets et rapides. Ces lectures sont malheureusement très complexes pour le public et les études sur le sujet restent bien trop minces par manque de financement. Enfin l'hypnose est aussi utilisée en milieu hospitalier afin de diminuer les douleurs. Cette pratique est de plus en plus fréquente chez les anesthésistes afin d'améliorer le confort des patients opérés tout en diminuant les doses de sédatif. C'est également intéressant chez les femmes qui accouchent. Ces femmes en état hypnotique semblent toujours ressentir la douleur et de même intensité mais elles gardent un ressenti moins négatif de la douleur et de leur accouchement.

En cabinet comme à l'hôpital, certains hypnothérapeutes (dont ceux de benestar) utilisent ce merveilleux outil pour d'autres sujets aussi : aider à surmonter la dépression, à prendre du recul sur des somatisations autour des problèmes de peau, dépasser l'angoisse de l'allergie et des maladies respiratoires ou faire de l'accompagnement de fin de vie.

En somme, l'hypnose est un phénomène reconnu dans le milieu scientifique et médical comme ayant une action bénéfique sur certaines pathologies, en particulier les douleurs. Cette pratique ne peut s'apparenter à du Vaudou, car l'approche est très terre à terre, pragmatique et que le phénomène est logique : un rouage complexe mais scientifique. Il ne s'agit pas de croire en l'hypnose: l'hypnothérapie n'est pas une religion. L'hypnose répond à une certaine éthique; c'est-à-dire que le client n'est pas considéré comme un pantin pour faire rire une audience lorsqu'il y a une prise en charge thérapeutique. Aucun effet secondaire négatif n'a, à ce jour, été mis en évidence puisque la thérapie est orientée vers la solution, et donc la bienveillance de l'autre et le bien­être. L'hypnothérapie semble donc être sans danger, lorsqu'elle est pratiquée avec une bonne éthique, et n'apporterait que des avantages aux patients. Nous vous recommandons cependant d'en parler avec votre médecin traitant avant d'envisager une thérapie unique sous hypnose et risquer de "passer à côté" d'une pathologie plus grave pour laquelle il est indispensable de commencer un traitement conventionnel.

En ce qui concerne le vol de l'épicerie, il ne s'agirait pas d'hypnose mais de choc psychologique car rien ne révèle la preuve d'un état hypnotique, dans le cas où le commerçant a bien été volé. Or il semblerait que ce ne soit rien de plus qu'un hoax internet pour faire de la vue...

 

Venez participer à la conférence d'hypnose  le jeudi 18 décembre au cinéma de Tignes Val Claret pour plus de renseignement.


B.F.

Co-rédigé par :

Nicolas Faurie, thérapeute benestar

Maître-praticien certifié en hypnose Ericksonienne, Pnl & Ritmo/Emdr

Formateur, Superviseur

Praticien certifié en mentalisme

www.benestar-france.com

 

#benestarfrance #bienetre #hypnose #hypnothérapie #nicolasfaurie